Isabelle Durant: “Vivre avec des identités multiples n’est pas unproblème mais une chance”

Notre conseil d’administration et les représentants de nos associations ont accueilli ce 6 juin une délégation importante d’Ecolo lors d’un dîner donné à leur honneur. Madame Isabelle Durant, vice-présidente du Parlement européen, a présidé la délégation dans laquelle se trouvait également l’ex co-présidente et actuelle secrétaire politique bruxelloise Sarah Turine. Monsieur Cem Özdemir, ex député européen et actuel co-président des Verts Allemands, était l’invité d’honneur de la rencontre.


Notre secrétaire général Ahmet Ulusoy a marqué le début de la soirée en saluant la délégation au nom de Fedactio. Les représentants de certaines de nos associations membres ont ensuite brièvement pris la parole pour présenter leurs activités. Parmi la délégation des écologistes se trouvaient également la députée fédérale Zoé Genot, les députés bruxellois Barbara Trachte, Alain Maron, Ahmed Mouhsin, Zakia Khattabi et une dizaine de militants locaux bruxellois. Le conseiller auprès des verts européens Ali Yurrtagül et près de 50 représentants de la société civile y étaient également présents.

« On est trop peu en contact avec les populations immigrées »

Remerciant Fedactio d’avoir accepté de les accueillir, la secrétaire régionale politique Ecolo-Bruxelles Sarah Turine a partagé avec nos représentants le processus Ecolo au Pluriel, lancé il y a plus d’un an de cela: « C’est un processus qui se veut être à la rencontre entre Ecolo et les populations d’origine immigrée et les populations des quartiers les plus précarisés ». Cette initiative est née après les élections régionales de 2010, partant du constat que la Région de Bruxelles reste terriblement dualisée, notamment en termes de réussite scolaire, de connaissance des langues et de réussite socio-économique : « On se rend compte qu’on a deux Bruxelles en un. Des quartiers qui accumulent les difficultés et les quartiers qui offrent plus de qualité et plus de bien-être à nos habitants ». Les écologistes bruxellois restent convaincus de leur programme politique quant aux réponses qu’il peuvent donner à ce problème de dualisation mais sont en recherche d’interlocuteurs locaux : « Y croire seul, ça ne sert pas à grand chose et on sait que par ailleurs on est trop peu en contact avec les populations qui vivent dans ces quartiers précarisés et trop peu en contact avec les populations immigrées ». Raison pour laquelle ils ont décidé de partir à la rencontre des associations d’habitants, des comités de quartiers et des organisations plus structurées des populations d’origine immigrée. Le but de ces rencontres ? Pouvoir rentrer en dialogue avec elles, les écouter concernant les constats qu’ils peuvent développer de par leur travail de terrain et les revendications qu’elles peuvent porter et in fine, confronter tout cela avec la vision d’Ecolo et ses propositions afin d’améliorer leur travail politique.

Le co-président des Verts Allemands Cem Özdemir a quant à lui souligné qu’à l’instar de nombreuses formations écologistes européennes, les verts flamands et francophones ont décidé de former un groupe commun à la Chambre, ce qui prouve selon lui qu’ils ne restent pas bloqués à des conceptions nationalistes : « Vous pouvez être chrétien, juif, musulman, non-croyant ou titulaire d’une conviction quelconque. Le fait est que nous partageons tous des valeurs communes. Celles-ci sont les valeurs européennes, celles-ci sont les valeurs de ce pays. Et je pense que ce sont elles qui doivent nous guider. Le mot intégration dont on discute énormément a une définition très claire selon moi. Premièrement, faire des efforts pour parler la langue officielle du pays. Deuxièmement, respecter la constitution qui est une valeur commune. Et troisièmement faire de notre mieux pour que nos enfants puissent avoir la meilleure éducation possible et se développer soi-même. C’est ainsi que nous pouvons pleinement prendre part à cette société ».

« Vivre avec des identités multiples n’est pas un problème mais une chance »

Madame Isabelle Durant a également remercié notre fédération pour l’accueil avant de préciser qu’en tant qu’écologistes Ecolo, ils ont la conviction qu’il y a énormément de choses à faire ensemble avec les représentants de nos associations membres, plus spécialement en ce qui concerne la vie quotidienne, l’écologie, l’économie et les femmes : « Je suis absolument convaincue que nous avons beaucoup de choses à faire ensemble pour améliorer non seulement notre qualité de vie mais également pour améliorer la qualité de vie de tout-un-chacun. Je le vois en discutant avec les membres de vos associations ». C’est pourquoi ils ont décidé d’organiser une rencontre entre Fedactio et les écologistes bruxellois. Madame Durant a également soulevé la question des identités multiples à Bruxelles : « Je vis très bien -et je suis sûre que vous aussi- avec mes identités multiples : Schaerbeek, Bruxelles, Belgique… Flamande, wallonne mais aussi européenne. Je suis sûre qu’il est vraiment facile de vivre avec des identités multiples. Ce n’est pas un problème mais une chance ». Et de conclure en disant que c’est un énorme plaisir pour elle de pouvoir travailler avec de nombreuses femmes au sein de la communauté turque et de féliciter l’activisme et le dynamisme de nos associations.

Cem Özdemir et Sarah Turine ont également évalué la soirée et nos activités aux journalistes présents lors de la rencontre. Voici leurs propos:

Cem Özdemir: « C’était une très agréable soirée. Nos amis de Fedactio réalisent de très importantes activités en ce qui concerne la cohésion. Et ceci est bien plus difficile en Belgique, vous le savez mieux que moi. Que veut dire être belge aujourd’hui ? C’est une question difficile. On parle d’intégration, s’intégrer où ? A Schaerbeek ? A Bruxelles ? S’intégrer à la Région flamande, à la région wallonne ? Ou à la Belgique ? Je pense que la Belgique est un comprimé de l’Europe, moi je le vois comme ça. Les personnes originaires de la Turquie qui vivent ici sont confrontées à une sorte de miniature des problèmes européens. »

Sarah Turine: « La créativité et l’enthousiasme qui traverse chacune de ces actions sont pour moi d’une utilité et d’une nécessité dans une ville comme Bruxelles pour favoriser le vivre-ensemble et pour permettre réellement à ce que Bruxelles soit construite par l’ensemble des communautés qui vivent dans cette ville. Il y a deux actions auxquelles je pense. Tout d’abord ‘Les Couleurs de la Belgique’ qui est un événement fabuleux parce qu’on a vu passer sur scène des enfants de toutes origines faire l’effort non seulement d’une prestation de qualité mais en plus de parler et de comprendre la langue de l’autre. Rien que ça, c’est formidable. Et surtout c’était impressionnant de voir le succès que ça a eu. Et on sent donc vraiment qu’il y a une attente et une demande du public pour ce genre d’actions. L’autre événement que je trouvais extraordinaire, ce sont les Olympiades de Sciences Sociales. Cela fait des années qu’il existe en Belgique des olympiades dans des matières très scientifiques, et notamment les sciences exactes. Proposer ici un concours de créativité par rapport aux questions sociales est un enjeu fondamental -de nouveau je pense principalement à Bruxelles mais c’est valable pour l’ensemble du pays- pour apprendre à comprendre que la différence peut être une qualité et une richesse, plutôt que d’être un handicap ».
/

Contact Our Bruxelles' Center

Rue des Palais 27, 1030 Schaerbeek, Belgique
Lun - Vend (9:00 - 17:00)

Blijf op de hoogte!

© Fedactio. Tous droits réservés. Déclaration de confidentialité