La conférence internationale 'Diverse Talents for the future of Europe'a débuté au Parlement Européen

La conférence internationale 'Diverse Talents for the Future of Europe' a eu lieu au Parlement européen à Bruxelles. Mevlüt Akgüngör, coordinateur de la conférence, a accueilli les invités au nom de Fedactio. Il a brièvement présenté le contenu du programme de deux jours.



Vidéo de présentation de la conférence internationale sur l'éducation de Fedactio

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=t-Olb0FSDlg

Message de Pascal Smet, Ministre du Gouvernement Flamand, chargé de la Jeunesse, de l'enseignement, l'égalité des chances et de Bruxelles.

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=UgBONKkXVwc
Vous pouvez télécharger le rapport complet de la conférence en cliquant sur ce lien.

Notre fédération a organisé une conférence internationale sur l’éducation du 5 au 6 mars à Bruxelles. L’évènement s’est déroulé au Parlement Européen et au Ministère de l’Education du Gouvernement flamand, avec au programme l’analyse des apports positifs des talents divers/multiculturels à l’avenir de l’Europe et particulièrement à la stratégie de 2020.

Outre le Parlement Européen et le Ministère de l’Education du Gouvernement Flamand, 8 universités et de nombreux instituts et associations à travers l’Europe ont œuvré en partenariat avec Fedactio lors de l’organisation de cet évènement.

Le président de notre plateforme Education et Jeunesse Mevlüt Akgüngör a lancé le programme en compagnie du Prof. Dr. Ides Nicaise, président du comité d’organisation. Akgüngör a insisté sur le rôle des associations dans le développement de l’éducation et l’intégration. Nicaise a parlé de l’importance d’échanger des idées dans une multitude d’environnements, comme notamment cette conférence.

Dr. Adem Kumcu : « Les investisseurs et professionnels d’origines étrangères se considèrent citoyens belges. »

Après le visionnage d’un clip de présentation sur la vision et les perspectives d’éducation de Fedactio, le président d’UNITEE Dr. Adem Kumcu a parlé des immigrés belges, soulignant que le respect des différences est la solution des difficultés rencontrées dans le contexte de l’immigration. « Les citoyens comme le gouvernement doivent œuvrer de manière constructive en se concentrant sur les solutions plutôt que sur les problèmes » a-t-il dit. D’après lui, il est important de découvrir et valoriser les compétences des différents groupes immigrés en fonction des besoins de l’Europe.

Pierre Mairesse, directeur de la jeunesse au sein de la Commission européenne, a présenté le premier séminaire intitulé « Diversité dans les politiques d’éducation, perspectives internationales et projets Europe 2020 ». Mairesse a mentionné qu’il est important de valoriser les opportunités d’emploi et d’éducation en Europe. « Il est essentiel que nos gouvernements connaissent les besoins de nos pays afin de déterminer les opportunités d’emploi en fonction du besoin. » a-t-il dit, remarquant que l’éducation, un sujet généralement pris en main au niveau national, soit maintenant l’objet d’un rassemblement international. Mairesse a également expliqué l’évolution dans le domaine de l’éducation grâce aux réformes et investissements récents, insistant sur l’importance d’investir dans l’enseignement préscolaire ainsi que de maintenir l’égalité des chances dans l’éducation.

Prof. Dr. Maurice Crul : « Il faut valoriser les expériences des immigrés »

Prof. Dr. Maurice Crul, de VU Amsterdam, a commencé son discours en expliquant qu’Amsterdam devient une ville où les minorités constituent la majorité. En parlant de l’importance de s’ouvrir à d’autres cultures, Crul a donné l’exemple de Fedactio, dont les projets sont organisés par des immigrés de deuxième et troisième génération.

Thomas Huddleston (Migration Policy Group) a expliqué le programme de statistiques MIPEX, qui recense les droits légaux et les politiques gouvernementales relatives à l’éducation des enfants issus de l’immigration. Huddleston a également comparé les politiques de différents pays sur le sujet ; mentionnant les exemples du Canada et de l’Australie qui, contrairement à l’Europe, développent leurs politiques en fonction des besoin des immigrés présents tout en valoriser les apports que ceux-ci peuvent procurer au pays.

Maciej Jakubowski (OECD) a ensuite parlé des statistiques de réussite scolaire des enfants issus de l’immigration, précisant qu’il n’est pas suffisant de prendre en compte uniquement la situation scolaire mais aussi le contexte hors-scolaire de l’élève. Jakubowski a parlé des résultats statistiques obtenus en testant 500,000 élèves avec le test Pisa, et a conclu en disant qu’il vaut mieux montrer la voie à suivre aux gouvernements plutôt que de leur imposer ce que l’on veut.

Visite de l’école des Etoiles et du centre Foyer

Les participants ont eu l’occasion de visiter l’école des Etoiles à Bruxelles. Le directeur Abdurrahman Demir a présenté l’école, sa mission, sa vision, sa structure ainsi que le profil d’élèves. Ensuite, une visite au Centre d’intégration Foyer a permis aux participants de voir sur le terrain les stratégies et méthodes favorisant l’intégration.

La première journée s’est donc terminée avec un repas où les participants ont partagé leurs impressions et échangé leurs idées sur ce qui a été discuté.

Pascal Smet, Ministre flamand de la Jeunesse, de l'Enseignement, l'égalité des chances et de Bruxelles : « Les communautés immigrées doivent préserver la langue néerlandaise mais aussi leur langue d’origine. »

La journée du 6 mars a débuté avec le discours du Prof. Dr. Ides Nicaise qui a qualifié les organisations visitées la veille d’exemplaires. Nicaise a précisé que lors de cette deuxième journée de conférence, les participants apprendront comment les organisations sociales peuvent ouvrir le système éducatif aux différences.

Smet a, via son message vidéo, remarqué que les enfants issus de l’immigration réussissent moins bien dans le système scolaire. Smet a également insisté sur l’importance de maitriser les deux langues afin de favoriser la compréhension des matières scolaires.

Prof. Dr. Sandra Groeneveld : « Les groupes multiculturels sont plus ouverts à la nouveauté et la créativité. »

Le deuxième séminaire de la journée, intitulé « Maintenir une diversité du milieu scolaire au monde du travail », a été introduit par Prof. Dr. Anja Heikkinen de l’Université Tampere de Finlande. Selon Heikkinen, certains groupes minoritaires sont plus ‘faibles’ que d’autres, et l’enseignement doit dépasser les valeurs économiques, nationalistes et culturelles du pays afin de développer l’individu en tant que tel.

Prof. Dr. Sandra Groeneveld, des Pays-Bas, a présenté un discours où elle a décrit comment les différences culturelles continuent à influencer les performances scolaires des élèves. Soulignant que les groupes multiculturels sont plus ouverts à la nouveauté et la créativité, Groeneveld a conclu que les différences constituent en fait un apport positif à l’éducation.

La professeure norvégienne Carla Dahl-Jorgensen a parlé de l’influence des politiques linguistiques sur l’éducation. Selon elle, les écoles de langue mises en place par différentes organisations sont de véritables acteurs sociaux.

Dr. Altay Manço a expliqué les projets mis en place par l’IRFAM, centre de recherches sur l’immigration. Manço a dit que ces projets appellent les jeunes à l’initiative, favorisent les rencontres avec des rôles-modèles et construisent un terrain de coopération entre les jeunes et leurs familles, autrement dit un dialogue intergénérationnel qui est essentiel d’après lui.

Brenda King, du Comité Social et Economique Européen, a affirmé que l’échec scolaire des élèves immigrés de deuxième et troisième génération malgré leur naissance dans le pays d’accueil et leur maitrise de la langue est dû au milieu dans lequel ils ont été élevés. King a insisté sur l’importance de concilier le monde de l’enseignement et du travail, et adapter l’enseignement afin de pouvoir développer des compétences en fonction des besoins dans le domaine de l’emploi.

Dr. Jana Huttova : « Ne parlez pas sur nous, laissez-nous le droit à la parole »

Le troisième panel intitulé « Communauté civile et enseignement : initiatives de base » a commencé avec la présentation du professeur Jagdish Gundara, de l’UNESCO. Gundara a pris la parole en insistant sur l’importance du dialogue interculturel et des associations ouvertes à la différence afin d’arriver à une société sereine.

Ensuite, Prof. Dr. Ides Nicaise (KU Leuven) a parlé du système éducatif des collèges Lucerna, ouvert sous initiative turque. Selon lui, ces collèges constituent un modèle exemplaire pour l’héritage culturel de notre pays, rassemblant la famille, le corps éducatif, l’élève et la société, ce qui résulte en de meilleurs résultats scolaires.

Dr. Jana Huttova (Open Society Institute) a expliqué les projets qui rassemblent des personnalités à influence politique avec des citoyens autochtones, afin de laisser la liberté d’expression à la société. Ensuite, Mitsou Kanemaki (Verikom), Allemand d’origine japonaise, a expliqué qu’il œuvre à rassembler les immigrés ayant réussi une carrière professionnelle avec de jeunes immigrés afin de leur donner confiance.

Enfin, Murat Alici des Pays-Bas a parlé des centres de jeunesse de NPoint, où ils visent la perfection linguistique et scolaire ainsi que l’échange d’idées. Ils tiennent à faire comprendre aux enfant leur valeur individuelle ainsi que la valeur de la communauté d’accueil, et incitent ceux-ci à contribuer positivement à la société.

Le professeurd Dirk Jacobs de l’ULB a finalement pris la parole en résumant les sujets discutés au cours de la conférence de deux jours et a terminé son discours en exprimant son souhait de participer à plus d’organisations de ce genre.
/

Contact Our Bruxelles' Center

Rue des Palais 27, 1030 Schaerbeek, Belgique
Lun - Vend (9:00 - 17:00)

Blijf op de hoogte!

© Fedactio. Tous droits réservés. Déclaration de confidentialité